Ces dernières années, le secteur du chaturbate a connu un important boom. De de fait, les sites de sexcam ne cessent de recruter de nouvelles cams girls. En parallèle, on recense également de plus en plus de filles qui font ce métier en freelance et cherchent leurs propres clients.

Mais ce que les gens aimeraient savoir, c’est qu’est ce que ces filles prennent du plaisir à chaque show ? Où elles simulent et font juste ce métier pour l’argent ?

Les différents profils de cam girl

Dans le chaturbate ou webcam sexy, on rencontre divers profils de cam girl ou modèle de charme. Donc, chacune d’entre elle a leur propre motivation sur le choix de ce métier :

Les étudiantes qui veulent arrondir leur fin de mois

Faire du babysitting ou travailler 6 heures par jour au Macdo ça ne rapportent plus de nos jours. En effet, seulement  2 heures par jour en tant qu’hôtesse de charme peut rapporter au minimum 1000 euros par mois. Face à cette offre alléchante, pas mal d’étudiantes sont attirées par ce métier. D’ailleurs, même les filles qui financent leurs études avec la prostitution se reconvertissent aujourd’hui dans ce secteur.  Moins risqué, on est quasiment sûr de ne jamais attraper de maladie et on est également à l’abri de toute éventuelle agression.

Les mères célibataires

Dans le chaturbate, ce ne sont pas seulement les jolies jeunes filles sexy qui sont sollicitées. Effectivement, les femmes de catégories MILF ou mature constituent dans le top 5 des recherches des hommes qui font recours à ce type de service. Donc cela constitue une aubaine pour les mères célibataires, car ce secteur pourrait les permettre de bien gagner leur vie sans travailler trop dur.

Les filles immigrées qui veulent trouver rapidement du travail

Comme les besoins sont très diversifiés, les sites de sexcam recrutement beaucoup également des filles exotiques. Parmi les plus demandées, il y a les femmes blacks, les asiatiques, les femmes arabes et les hispaniques. Au lieu de chercher du boulot à gauche à droite donc, devenir cam girl reste le moyen le plus simple pour ces filles de gagner de l’argent.

cam girl asiatique

Les transsexuelles qui ne veulent pas se prostituer

Beaucoup d’hommes surtout les hétéros sont curieux quelle sensantion pourraient-ils avoir s’ils couchaient avec une transsexuelles. Par peur, beaucoup passe d’abord sur un site de chaturbate avant de tester réellement une relation sexuelle avec une trans. De ce fait, c’est aussi un type de femme assez sollicité dans le milieu. Et c’est tant mieux pour beaucoup de trans car c’est largement mieux et assez payant que la prostitution.

Les gays qui s’affirment

En France comme dans beaucoup de pays, il n’y a pas que des hétérosexuels. Donc si un gay voudrait faire du sexcam ce n’est surement pas avec une jolie blonde sexy. Non, il voudrait s’entretenir avec un beau brun qui maitrise bien le bondage gay. Et pour les gays qui veulent s’affirmer sur leur identité sexuelle, le chaturbate est le meilleur tremplin pour le faire.

Les filles qui travaillent en freelance

Contrairement à d’autres hôtesses de charmes, ces filles là travaillent pour leur compte. Elles n’ont pas donc de site, mais le show sexy se fait sur skype ou messenger. Ayant de mauvaises réputations, les cams girls freelances dépouillent parfois leurs clients en les faisant du chantage. Donc, il n’est pas vraiment conseillé de se laisser tenter par leurs services.

Les filles qui veulent percer dans le porno

Depuis l’apparition du porno amateur, le salaire des acteurs dans l’industrie du X ne cessent de diminuer. Donc pour mieux percer dans le porno, il faut être une star. Et afin d’être connu, pas mal de fille débute dans le secteur du sexcam. Quand leur profil devient de plus en plus populaires, ils contactent les producteurs de porno et soumettent leur candidature pour un film de renom.

Est-ce que les cam girls simulent ou prennent vraiment du plaisir ?

Quand vous vous rendez sur un site de sexcam, est ce que vous saurez discerner une femme qui simule ? Nous aussi ! Pour mieux répondre à cette question donc, nous avons interrogé plusieurs hôtesses web cam afin de demander leurs avis.

Alice, cam girl professionnelle :

Contrairement aux copines qui font ce métier pour arrondir leur fin du mois, moi je le fais à temps plein il y a de cela 4 ans. Concernant la question qui se porte sur la simulation, si je dois être honnête j’affirmerais que ça dépend de la circonstance. Parfois quand j’ai une montée de libido, il m’arrive de me lâcher complètement. Et dans ces moments-là, en 4 heures de show je pourrais avoir plusieurs orgasmes surtout si je fais face à un beau mec.

Contrairement à cela, quand je n’ai pas vraiment la pêche je simule à longueur de journée. Quand j’étais débutante, il était très difficile voire même impossible pour moi de faire semblant d’avoir du plaisir. Donc, quand mon libido baissait, je ne travaillais pas. Mais avec l’expérience, j’ai petit à petit réussi à simuler. Néanmoins, mes clients n’y voient que du feu, et c’est d’ailleurs mon devoir. En aucun cas, je ne dois pas laisser apparaitre que je simule.

Nina, cam girl à temps partiel :

J’ai un travail et je touche le SMIC. Donc je fais le métier d’hôtesse de charme juste pour gagner un peu de sou en plus. Par contre, outre le fait que ça me permet d’avoir une rentrée d’argent supplémentaire, je prends également de plaisir à le faire.

Je suis dans la catégorie des hôtesses qui pratiques le BDSM ou sadomaso dans le langage courant. Pour moi faire souffrir les hommes sur le plan sexuel me procure un plaisir dont je ne suis pas en mesure de l’expliquer.

Sissi, à la fois étudiante et hôtesse de charme :

Fille très timide, je suis sexuellement intraverti. Mais par nécessité, le chaturbate était pour moi le secteur qui me permettrait de gagner assez d’argent tout en continuant mes études dans les meilleures conditions. Afin de me faire recruter donc, je me suis inventé un personnage. Et après quelques mois de travail, mes efforts ont abouti.

A chaque fois que j’assure un show sexy en ligne donc, je me mets dans la peau de ce personnage et je deviens une toute autre personne. A la fois coquine et cochonne, quand je joue ce rôle, je prends beaucoup de plaisir. Mais à la fin de la cession, je redeviens moi, la petite étudiante timide et intravertie.

Jena, mère célibataire, cam girl et serveuse

Mon métier de serveuse ne me suffit pas pour nous faire vivre. Donc, j’ai dû faire du chaturbate. Mais contrairement à ce que les gens pensent, je ne fais pas seulement ce métier par obligation ou par nécessité. Non ! Il me permet également d’avoir des relations coquines. Comme je suis célibataire, j’ai aussi besoin d’attention et de sexe.

Pin It on Pinterest